Mis à jour le 20 mai, 2024

Bilan comptable : schéma pour tout comprendre (enfin !)

Le bilan comptable, ce grand mystère qui effraie tant d'entrepreneurs... Vous avez l'impression de contempler des hiéroglyphes à chaque fois que vous tentez de déchiffrer toutes ces lignes et ces colonnes ? Pas de panique, vous n'êtes pas seul ! Pour comprendre votre bilan il vous faudra aussi comprendre la notion de débit et de crédit.

Pourtant, le bilan est un outil essentiel pour prendre le pouls de votre entreprise. C'est un peu comme un check-up médical : il permet de diagnostiquer la santé financière de votre business. Mais encore faut-il savoir interpréter tous ces chiffres...

Rassurez-vous, on ne va pas vous infliger un cours magistral digne d'un amphi de fac. L'objectif ici, c'est de vous donner les clés pour comprendre l'essentiel, de façon simple et visuelle.

Imaginez que je vous tende une carte au trésor. Votre bilan, c'est un peu la même chose. À première vue, ça a l'air d'un gribouillis. Mais avec la bonne légende, vous allez pouvoir repérer les zones importantes et tracer votre route vers les informations cruciales.

Dans cet article, on va décoder ensemble cette fameuse carte au trésor. Étape par étape, nous allons vous guider pour :

  • Comprendre la structure de base du bilan et le principe d'équilibre
  • Localiser les grandes masses : actif, passif, capitaux propres
  • Interpréter les principaux ratios et ce qu'ils révèlent sur votre entreprise
  • Éviter les erreurs classiques d'analyse qui peuvent fausser votre jugement

À la fin de votre lecture, vous aurez toutes les cartes en main pour enfin apprivoiser cette bête noire de la comptabilité. 

Le bilan comptable : qu'est-ce que c'est ?

Avant de plonger dans les détails, commençons par un petit rappel des bases. Qu'est-ce qu'un bilan, au juste ? Eh bien, c'est tout simplement une photographie de la situation financière de votre entreprise à un instant T.

Imaginez que vous appuyez sur le bouton "pause" au beau milieu d'un film. Le bilan, c'est un peu ça : un arrêt sur image qui fige tous les éléments financiers de votre business le temps d'un cliché.

D'un côté, vous avez l'actif. C'est tout ce que votre entreprise possède : les immobilisations (terrain, bâtiments, machines...), les stocks, les créances clients, l'argent en banque...

Bref l'actif, c'est tout ce dont dispose l'entreprise pour créer de la valeur.

De l'autre, vous avez le passif. Ça, c'est tout ce que votre entreprise doit : les dettes fournisseurs, les emprunts, mais aussi les fonds propres (capital, réserves...).

En gros le passif, c'est la liste des "factures" à honorer, à court ou long terme.

Dans un bilan, l'actif et le passif sont toujours à l'équilibre. C'est un peu comme si vous faisiez les comptes après une soirée entre amis : au final, les contributions de chacun doivent correspondre à l'addition totale.

bon a savoir softindep

💡 Bon à savoir : PASSIF = ACTIF

Mais alors, comment ça se présente concrètement, un bilan ? Pour y voir plus clair, nous avons réalisé un schéma d'un bilan comptable simplifié.

schéma bilan comptable

Vous voyez, finalement, ce n'est pas si sorcier. Un tableau en deux colonnes, avec l'actif d'un côté et le passif de l'autre. Une sorte de balance où chaque élément a son poids dans l'équilibre global.

Sauf qu'en pratique, un bilan comptable, c'est un peu plus touffu que ça. Vous avez différentes catégories d'actifs et de passifs, des subdivisions, des sous-totaux... Bref, de quoi s'emmêler rapidement les pinceaux.

Considérez notre schéma comme une carte qui vous indique les grandes catégories à suivre.

Dans la liasse fiscale, le bilan comptable simplifié ressemble au schéma ci-dessous. Nous avons rajouté les couleurs de notre schéma pour vous aider à identifier les différentes masses.

schema bilan cerfa

L'essentiel, pour l'instant, c'est de bien visualiser les deux grands blocs qui s'opposent et se complètent : l'actif et le passif. Gardez toujours en tête cette idée d'équilibre.

Actif, ce que possède l'entreprise

On continue notre exploration du bilan en s'attaquant à l'actif. Rappelez-vous, dans notre schéma, c'est la colonne de gauche, celle qui liste tout ce que l'entreprise possède.

L'actif, c'est là que sont répertoriées toutes vos ressources, tous vos biens.

Dans le jargon comptable, on distingue deux grandes catégories d'actifs :

  1. Les actifs immobilisés : c'est les biens durables que vous utilisez sur le long terme. On y trouve les terrains, les bâtiments, les machines, les véhicules, les brevets... Bref, c'est le cœur de votre outil de production.
  2. L'actif circulant : comme son nom l'indique, ce sont les éléments qui tournent, qui se renouvellent régulièrement. Les stocks en sont l'exemple type : vous les constituez, puis vous les écoulez au fil de votre activité. Mais il y a aussi les créances clients, c'est-à-dire les factures en attente de paiement. La trésorerie, c'est-à-dire l'argent disponible que ce soit en banque ou en caisse, fait également partie de cette catégorie.
bilan comptable schéma actif

Mais au fait, comment ça s'organise, tout ça, dans le bilan ? Eh bien, c'est là qu'intervient la notion de liquidité.

La liquidité, en comptabilité, c'est la facilité avec laquelle un actif peut être transformé en cash. Plus un bien est liquide, plus il est facile et rapide de le convertir en argent frais.

Dans le bilan, les actifs sont classés par ordre de liquidité croissante. Tout en haut, vous avez les immobilisations, qui sont les moins liquides (essayez donc de revendre votre bâtiment en deux clics). Et tout en bas, vous retrouvez la trésorerie, qui est par définition l'actif le plus liquide.

Cet ordre permet de voir en un clin d'œil la capacité de l'entreprise à honorer ses engagements. Si vous avez beaucoup d'actifs liquides, c'est bon signe : ça veut dire que vous pouvez faire face rapidement à un imprévu ou à une échéance.

Mais attention, liquide ne veut pas dire volatile ! L'idée, ce n'est pas non plus de tout miser sur le court terme. Un bon équilibre entre immobilisations et actifs circulants, c'est le secret d'une croissance pérenne.

On a fait le tour de l'actif. Mais souvenez-vous, un bilan c'est une balance à deux plateaux. Le second plateau est le passif.

Passif, ce que l'entreprise doit

Le passif, c'est en quelque sorte le miroir inversé de l'actif. Si l'actif recense vos ressources, le passif liste vos obligations. C'est là qu'on trouve tout ce que votre entreprise doit, à plus ou moins long terme.

Mais rassurez-vous, dettes ne rime pas forcément avec regrets ! Au contraire, un passif bien structuré, c'est le signe d'une entreprise qui sait mobiliser les moyens nécessaires à son développement.

Alors, qu'est-ce qu'on trouve exactement au passif du bilan ? Là encore, notre schéma va nous servir de boussole. On distingue deux grandes catégories :

  1. Les capitaux propres : c'est les fondations sur lesquelles repose votre business. On y trouve le capital social (les fameux "fonds propres"), mais aussi les réserves, qui sont en quelque sorte les économies de l'entreprise. Et bien sûr, le résultat de l'exercice, qu'il soit bénéficiaire ou déficitaire.
  2. Les dettes : ça, c'est le carburant de votre entreprise. On y trouve les emprunts bancaires, les comptes courants d'associés, les dettes fournisseurs (les factures que vous n'avez pas encore payées), mais aussi les dettes fiscales et sociales (ce que vous devez à l'État et aux organismes sociaux).
bilan comptable schéma passif

Vous l'aurez compris, le passif, c'est un peu comme une partition à deux tempos. D'un côté, vous avez le rythme lent et profond des capitaux propres, qui donnent de la stabilité à l'ensemble. De l'autre, vous avez le tempo plus rapide des dettes, qui insufflent du dynamisme à votre business.

Mais attention, l'harmonie d'un bilan, c'est une question de dosage subtil. Trop de dettes par rapport aux capitaux propres, et c'est la cacophonie assurée. À l'inverse, des capitaux propres surabondants, c'est le signe d'une entreprise qui n'ose pas saisir les opportunités de croissance.

Contrairement à la liquidité que nous avons vue pour l'actif, l'exigibilité mesure la rapidité avec laquelle une dette devra être remboursée.

Plus une dette est exigible rapidement, plus elle apparaîtra en bas du passif du bilan. Ainsi, les dettes fournisseurs ou fiscales, qui doivent généralement être honorées dans l'année, seront classées sous les dettes à long terme comme les emprunts.

Pourquoi est-ce important ? Parce que ça vous permet d'avoir une vision claire des échéances qui vous attendent. Si vous voyez que votre passif est très exigible à court terme, c'est peut-être le signe qu'il faut renforcer vos capitaux propres ou rééchelonner vos dettes.

Interpréter le bilan avec les ratios clés

Vous avez maintenant une vue d'ensemble de votre bilan. Mais pour vraiment prendre le pouls de votre entreprise, il faut passer au stéthoscope des ratios.

Les ratios, ce sont un peu les indicateurs de performance de votre bilan. Ils mettent en relation différents postes pour révéler des équilibres (ou des déséquilibres) cachés.

Alors, quels sont les ratios à surveiller de près ? Il y en a trois particulièrement importants : le fonds de roulement, le besoin en fonds de roulement et la trésorerie nette.

Le fonds de Roulement (FR)

C'est la différence entre vos ressources long terme (capitaux propres + dettes à long terme) et vos emplois long terme (immobilisations). En gros, ça mesure la partie de vos ressources durables qui finance votre actif circulant.

Si votre Fonds Roulement est positif, c'est bon signe : ça veut dire que vos ressources long terme couvrent bien vos immobilisations, et qu'il vous reste même un matelas pour financer votre cycle d'exploitation.

Mais s'il est négatif, attention : vous financez vos investissements avec des ressources court terme, ce qui peut être risqué.

Besoin en Fonds de Roulement (BFR)

C'est la différence entre votre actif circulant (stocks + créances clients) et vos dettes à court terme (fournisseurs, dettes fiscales et sociales). Le BFR, c'est en quelque sorte l'argent qui se "consomme" dans votre cycle d'exploitation.

Plus votre BFR est élevé, plus il vous faudra trouver des ressources pour le financer.

C'est normal d'avoir un BFR positif, mais s'il devient trop important, ça peut peser sur votre trésorerie. L'idéal, c'est de le maîtriser en optimisant votre gestion des stocks et en veillant à vous faire payer rapidement par vos clients. Un autre levier est d'allonger au maximum les paiements fournisseurs, mais attention aux tensions avec vos fournisseurs !

Un BFR négatif signifie que l'entreprise n'a pas besoin de financer ses besoins à court terme avec ses propres fonds ou avec des emprunts.

La trésorerie nette

Qui est tout simplement la différence entre votre fonds de roulement et votre BFR. C'est l'argent dont vous disposez réellement, une fois que vous avez financé vos investissements et votre cycle d'exploitation.

Si votre trésorerie nette est positive, c'est que vous dégagez un excédent de ressources : c'est une situation confortable. Mais si elle est négative, c'est que vous avez un besoin de financement à combler, soit par des capitaux propres supplémentaires, soit par de nouveaux emprunts.

notre avis softindep

Notre avis : Les ratios sont comme des sondes qui vous permettent d'ausculter votre bilan en profondeur. Mais attention à ne pas les interpréter de façon isolée !

Un ratio ne prend son sens que dans une perspective globale, en le comparant dans le temps et par rapport à des entreprises similaires. Et surtout, il faut toujours relier les ratios à votre réalité de terrain, à votre stratégie.

Par exemple, un BFR élevé peut être un problème pour une entreprise mature, mais tout à fait normal pour une start-up en pleine croissance. Tout est affaire de contexte et de stade de développement.

Alors, oui, les ratios sont des outils précieux, mais ce ne sont pas des boules de cristal ! Il faut les utiliser avec discernement, et surtout ne pas hésiter à se faire épauler par un expert-comptable pour les interpréter.

Et méfiez-vous aussi des pièges classiques dans l'analyse d'un bilan !

Les erreurs classiques d'analyse à éviter

Vous êtes maintenant armé pour explorer votre bilan : vous savez repérer les grandes masses, équilibrer l'actif et le passif, et même ausculter vos ratios. Mais attention, il y a des pièges qui guettent même les explorateurs les plus aguerris !

Alors, quelles sont les erreurs les plus fréquentes à éviter ? En voici trois qui reviennent souvent :

Erreur n° 1 : confondre actif et trésorerie disponible.

C'est une erreur de débutant, mais elle est très répandue. Sous prétexte que le total de l'actif est élevé, on croit qu'on a beaucoup d'argent en caisse. Grave erreur !

Rappelez-vous, l'actif comprend tout ce que vous possédez, y compris des biens qui ne sont pas "liquides" comme les machines ou les stocks. Ce n'est pas parce que votre actif est important que vous avez forcément beaucoup de cash disponible. Alors, avant de vous lancer dans des dépenses, vérifiez toujours votre trésorerie réelle !

Erreur n° 2 : négliger le BFR et son impact sur la trésorerie.

Le BFR, c'est un peu le chiffre qui se cache dans l'ombre du bilan. Et pourtant, c'est un indicateur crucial !

Si votre BFR augmente (par exemple parce que vos stocks gonflent ou que vos clients vous paient plus lentement), ça veut dire qu'il "consomme" de plus en plus de trésorerie. Et si dans le même temps votre fonds de roulement n'augmente pas, vous risquez de vous retrouver en difficulté pour payer vos factures.

Alors, ayez toujours un œil sur votre BFR, et cherchez à le maîtriser en optimisant votre gestion des stocks et vos délais de paiement clients.

Erreur n° 3 : oublier l'importance de l'évolution dans le temps.

Un bilan, c'est une photo à un instant T. Mais pour vraiment comprendre la santé de votre entreprise, il faut regarder le film !

Imaginez : votre bilan de fin d'année montre une situation saine, avec une trésorerie positive. Mais si vous le comparez avec les bilans précédents, vous vous apercevez que votre BFR a doublé en un an et que vos dettes fournisseurs s'envolent. Ça change tout, non ?

notre avis softindep

Notre avis : Ne vous contentez jamais de regarder votre bilan isolément. Mettez-le en perspective avec les bilans précédents, et essayez de comprendre les tendances sur plusieurs exercices. C'est comme ça que vous pourrez anticiper les difficultés et prendre les bonnes décisions.

N'oubliez pas, votre bilan n'est qu'un outil parmi d'autres pour piloter votre entreprise. Pour avoir une vision complète, il faut aussi regarder votre compte de résultat, votre plan de trésorerie, et surtout, avoir toujours en tête votre stratégie et vos objectifs. Et si vous avez besoin d'être accompagné dans cette analyse, pourquoi ne pas faire appel à un expert-comptable en ligne ? Découvrez notre avis sur Keobiz.



Première publication de l'article le 20/05/2024 par Romain Decroix


Après plusieurs années en tant que manager en cabinet d'expertise-comptable j'ai créé mon entreprise en 2021.
J'ai eu beaucoup de mal à trouver des informations pertinentes sur les logiciels adaptés à mon activité.
J'ai perdu beaucoup de temps, d'argent avant de trouver le bon logiciel qui correspondait à moi et à mon activité.
J'aurais préféré utiliser ces ressources pour développer mon jeune business.
Aujourd'hui je partage mon expérience en cabinet comptable afin de vous faire gagner du temps et de l'argent à trouver les partenaires et les logiciels qui vous correspondent vraiment.

Avertissement : Certains des liens sur ce site sont des liens d'affiliation, ce qui signifie que si vous cliquez sur l'un des liens et achetez un article, nous sommes susceptibles de recevoir une commission. Cependant, toutes les opinions sont les nôtres.

Vous Aimerez Également :

juin 15, 2024

Avis sur Keobiz : faut-il vraiment choisir cet expert-comptable en ligne [2024]?

Recevez nos dernières actualités

Inscrivez-vous seulement si vous voulez recevoir les derniers tests et ressources pour les indépendants directement dans votre boîte mail.